Comment connecter ta voix à tes émotions?

Comment connecter ta voix à tes émotions?

Chers Rossignols! Je suis très heureuse d’accueillir ce superbe article invité de Margaux! Amie blogueuse, spécialiste de l’Art oratoire, qui va aujourd’hui nous parler d’un sujet capital pour nous chanteurs. Sujet si important et trop souvent négligé à tort dans notre apprentissage du chant…

Connecter ses émotions à sa voix, chanter avec son cœur et provoquer le frisson du public… N’est ce pas la cerise sur le gâteau de notre chant?

Je lui laisse maintenant la parole. Et surtout, si cet article vous a plu, n’hésitez pas à aller faire un tour sur son blog “Explosif à l’oral !”


La petite sirène est une idiote

Je pense que la petite sirène est une idiote. Elle a fait le pire choix qu’on puisse faire en sacrifiant sa voix pour un homme.

Car pour moi, la chose qui est la plus précieuse, celle que je ne voudrais jamais perdre, c’est ma voix. Même si je ne suis pas chanteuse, utiliser ma voix pour faire vivre des émotions à un public, c’est ma passion. C’est ma manière de donner de l’amour aux autres.

Et je pense que si tu fais du chant, c’est aussi parce que tu aimes créer cet échange poétique avec ceux qui t’écoutent. J’ai vécu en Italie, et comme je parlais mal la langue, dans de nombreuses situations j’ai été obligée de développer un autre moyen de toucher mon auditoire.

Ce qui m’a sauvé, c’est que lorsque je m’exprime, je suis totalement connectée à mes émotions, et cela se ressent dans ma voix. Animatrice, je travaillais avec des enfants de différentes nationalités qui ne parlaient pas ma langue.


Et en utilisant les émotions dans ma voix, je me faisais comprendre.


Ce qui créait la surprise des parents : “Tu ne parles pas leur langue mais tu réussis quand même à leur expliquer quoi faire !” Guide touristique, j’utilisais ma voix pour que mes histoires soient comprises, et appréciées malgré mes fautes de langage.

Ma voix m’a permis de gagner des prix durant des concours d’éloquence, de gagner de l’argent, mais surtout de gagner le cœur des gens autour de moi. Peu importe si je parlais leur langue ou non. Parce que j’arrive à me connecter à mes émotions et à mon cœur lorsque je m’exprime.


Parce que j’arrive à transmettre dans ma voix ma sensibilité, ma force et ma folie en même temps. Et j’aime croire que quand on l’entend, on entend mon histoire.


Mais je ne te raconte pas tout ça pour me faire mousser. Ce que je veux, c’est t‘expliquer comment connecter ta voix à tes émotions et à ton ressenti. Pour que chaque chanson soit un instant unique, de complicité et de partage avec ton public.

En leur montrant cette facette de toi, sincère, forte et vulnérable, tu créeras une relation avec eux. Connecter tes émotions à ta voix te permettra de les faire entrer dans ton univers.

Ils t’apprécieront, et passeront d’autant plus un moment merveilleux avec toi. Alors voyons ensemble comment rendre ta prestation magique.

Embrasse ta vulnérabilité

Parfois, tu écoutes une musique et là, tu te prends une claque émotionnelle. Le texte te touche, t’émeut, aux larmes, comme ça, brutalement. Parce que ça te rappelle quelque chose de personnel et d’intime.Parce que ça résonne en toi. Ce genre de musique :

Et après avoir vu ça, tu es un peu remué… Parce que tu as été surpris, parce que tu as ressenti des émotions très fortes.

Mais maintenant il est temps de te reprendre, de remettre ton masque d’impassibilité et d’afficher ton plus beau sourire, ta plus belle voix.

Peu importe si tu as été profondément touché ou profondément meurtri, tu prends ton téléphone, tu regardes ton fil d’actualité, et tu es de nouveau en mode automatique.

Félicitations, tu as réussi à te distraire de ton ressenti et de tes émotions. Et tant mieux car sinon tu serais ultra vulnérable. Et toi, on t’a enseigné que ta vulnérabilité n’était pas une preuve de puissance, qu’elle nuisait à ta crédibilité ou ta technique.

Parce que tu n’es pas là pour étaler tes émotions et ton ressenti et raconter ta vie, tu es là pour livrer une prestation. Et que ça c’est hors cadre.


On t’a dit que ton coeur ne méritait pas de parler.


Ce qui compte c’est la technique vocale, ce qui compte c’est ta tête.

Et même si on ne te dit pas ça, c’est ce que tu te dis à toi-même. Tu te dis que c’est ridicule et que ça te fera passer pour quelqu’un de fragile, de porter ta voix en te laissant submerger par les émotions.


Il y a différents stades auxquels tu renies ton coeur :

  • Le stade où tu ne creuses plus, c’est-à-dire que tu ne t’y intéresses même plus, tu ne déclenches même plus des réactions émotionnelles, et le peu que tu as tu les ignores.
  • Le stade où oui tu les déclenches parfois, mais tu ne les laisses pas te submerger, comme dans une lutte dans laquelle tu veux les empêcher de s’emparer de toi. Car il faut être impassible pour être crédible, pour être pris au sérieux
  • Et il y a le stade où elles font partie de ta prestation, mais tu ne les libères pas encore totalement.

Tu n’utilises que 1% de leur force, juste parce que c’est utile pour faire certains effets, mais tu ne t’autorises pas à rentrer dans cette « transe ».


Choisir ou non de te laisser porter par tes émotions quand tu t’exprimes, c’est ton choix. Je n’ai aucunement l’intention de te dire que c’est absolument ce qu’il faut faire.

C’est ton ressenti, ta décision. Mais, si en lisant mes mots quelque chose s’est déclenché en toi, alors peut-être que les exercices qui vont suivre te seront utiles. Voyons ensemble comment connecter ta voix à tes émotions.

Libère le renard !

Pour te débloquer petit à petit, il te suffit d’abord d’un texte. L’idéal serait un extrait de texte qui te touche.

Un texte qui lorsque tu le lis résonne en toi, car il déborde d’une émotion qui fait sens pour toi.

La première étape pour apprendre à libérer tes émotions quand tu t’exprimes, va être de porter ta voix à l’aide de ce texte.

Porter ta voix c’est la projeter avec puissance, de sorte à ce que la personne tout au fond de la salle puisse t’entendre.

Mais il ne s’agit pas que de ça.

Parfois, quand tu projettes ta voix, tu ressens quelque chose.

Comme une force en toi, une vague d’émotion, comme si cette projection te libérait et te relâchait d’un cri intérieur, d’un hurlement.

Mais toi, quand tu t’entraînes à porter ta voix, tu ignores cette énergie, tu fais comme si de rien n’était.


Même si tu sens qu’en réalité, il y a quelque chose au fond de toi qui à ce moment-là s’est légèrement réveillé et a osé s’exprimer.


Un peu comme Naruto et son renard à 9 queues. Naruto a un démon ancré en lui, et il lutte de toute ses forces pour l’empêcher de prendre le contrôle lorsqu’il est submergé par ses émotions.

Parce qu’il a une force en lui qui lui fait énormément peur.

Mais jour après jour, au lieu de rejeter et d’emprisonner le renard, il décide de le libérer, de lui faire face, et de l’accepter. Finalement, le renard, certes avait une force monstrueuse qui pouvait détruire, mais il était capable de l’utiliser pour faire le bien.

Il n’était pas un monstre. C’était juste un renard blessé qui avait besoin de pouvoir redonner sa confiance à nouveau.

Et le jour où Naruto fait la paix avec son démon, chacune de ses actions devient surpuissante.

Le rapport avec notre exercice ?

Il consiste à projeter ta voix en prononçant une phrase de ton texte, mais au moment où tu la projettes, de te connecter à une émotion et de la projeter elle aussi. De te connecter à cette force-là. Connecte-toi à ton renard.

C’est une boule en toi qui a accumulé toutes tes frustrations, toute ta colère, toutes les choses qui te font du mal, tes hontes et tes plus grosses erreurs, mais aussi ta joie, ton espoir, ton enthousiasme, tout cet amour que tu as ressenti et qu’on ta donné.

Et il n’y a pas de bon ou de mauvais là-dedans. Il n’y a que ce qui fait ta force, ce qui fait que tu es toi.

Te connecter à ton renard, c’est accepter de ressentir pleinement tout ce que ton coeur a accumulé, c’est te connecter à cette vague, ce tourbillon d’émotions. C’est le laisser te submerger, puis lever les yeux vers ton public, et le laisser exploser lorsque tu projettes ta voix.

C’est comme si tu voulais libérer toute cette énergie, toute l’histoire qui y est liée.

Comme si tu te libérais toi.

Pour t’aider à mieux visualiser ce dont je te parle, écoute (et regarde !) comment Camille Lellouche ose se laisser submerger par ses émotions, pour un résultat magnifique :

En plus de cet exercice de projection, je vais maintenant te donner deux autres exercices qui vont te permettre de connecter ta voix à ton ressenti pour mieux toucher ton public.

C’est à moi que tu parles ?

Tu peux faire le même exercice que celui décrit précédemment, mais cette fois avec ton texte entier. Tu choisis une émotion précise, et tu lis le texte en portant ta voix et en ressentant pleinement cette émotion.

Mais il ne s’agit pas de faire semblant, de jouer la comédie et d’exagérer cette émotion en lisant ton texte d’une traite.

Il s’agit d’imaginer que tu t’adresses à quelqu’un. La personne même qui est à l’origine de cette émotion. À qui penses-tu si je te demande d’éprouver de la colère ? De la joie ? De l’amour ?


J’ai remarqué que penser à une personne était bien plus efficace comme déclencheur d’émotion, que de penser à une situation.


Par exemple entre te dire : « Lis ce texte comme si tu gagnais au loto » et te dire : «  Imagine que tu n’as pas vu l’homme de ta vie pendant 3 mois. Et qu’au moment de prononcer ce texte tu le vois. Là, dans la salle, qui t’attend pour te prendre dans tes bras ». À ton avis, qu’est-ce qui va le plus déclencher une émotion sincère ?

Ou pour te mettre en colère, entre : « Imagine que tu t’es fait licencier à cause d’une faute de ton collègue » et : « Imagine que tu croises la femme avec qui ton homme t’a trompé ». Qu’est-ce qui va déclencher une émotion puissante ?

Oui, il y a des gens qui ont laissé une empreinte émotionnelle sur toi, et toi tu peux l’utiliser pour te connecter plus facilement à ton ressenti.

L’exercice consiste donc à lire ton texte, en portant ta voix et l’émotion choisie, en imaginant que tu t’adresses à la personne qui est à l’origine de cette émotion.

En prenant ton temps, en faisant des longs silences, et en donnant son importance à chaque mot.

Comme si c’était la dernière chose que tu pouvais lui dire.

Plus tu travailleras cet exercice, plus ton intensité émotionnelle sera forte.

Et tu verras que tu te sentiras non seulement plus intense et puissant vocalement, mais également plus libéré.

Le miroir de ton âme

Avant chaque discours, un simple exercice me permet de me connecter profondément à mon ressenti.

Tous les jours, mets-toi devant un miroir, seul, et regarde-toi dans les yeux pendant plusieurs minutes. Pour t’aider, tu peux écouter en même temps une musique qui te touche.

Tu vas voir qu’au début, tu vas te focaliser sur les défauts de ton visage. J’ai un bouton là, j’ai des cernes, faut que j’épile ce sourcil, etc, etc…

Mais c’est pas grave. Ce qui compte, c’est que tu continues de te regarder dans les yeux jusqu’à ce que tu aies dépassé ce stade.


On dit que les yeux sont le reflet de l’âme. Alors pour se connecter au véritable toi, il n’y a rien de mieux que de te regarder dans les yeux.


La musique t’aidera dans cette connexion et cette communication.

Au début, tu verras du vide dans ton regard. Puis peu à peu, au fil des jours, tu y verras de l’intensité, de la confiance, et de la foi.

Car il y a un être incroyablement fort. Plein d’amour et de puissance qui est présent en toi, mais que tu ne laisses pas s’exprimer. Que tu ne vois pas et souvent que tu oublies. Le vrai toi.

Et quand tu te regardes dans les yeux, tu lui donnes l’occasion de se montrer à toi. Tu lui donnes l’occasion de te montrer qui tu es vraiment.

Rien qu’en te regardant, avec la bonne musique, et la bonne connexion, tu te sentiras plus solide,  plus ému, plus inspiré.

Cet exercice te sera très utile avant une prestation, pour te connecter profondément à ton ressenti.


Plus tu le feras, plus il te suffira d’un regard de quelques secondes pour entrer en connexion émotionnelle avec toi-même.


Et peu à peu, en appliquant ces exercices régulièrement, tu feras partie des autres.

Ceux qui te brisent le coeur dès le premier mot.

Ceux qui t’empêchent de décrocher de leur voix, car ils te font du mal, mais du bien en même temps.

Et même quand tu passes à autre chose, leurs mots et leurs mélodies restent accrochés à toi.

C’est cette même empreinte que ta voix laissera dans le coeur des gens. Et c’est ce qui leur donnera la force d’avancer.

Si tu veux en savoir plus sur mon histoire, tu peux me retrouver sur mon blog Explosif à l’oral.

Je te souhaite un beau parcours!

Margaux

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.