Le pouvoir guérisseur du chant: Chemin de vie

Le pouvoir guérisseur du chant: Chemin de vie


“La beauté sauvera le monde” F.Dostoïevski


J’ai toujours été fascinée par cette citation de Dostoïevski… Au travers les temps difficiles que nous vivons, entre les problèmes écologiques, la détérioration de la valeur de la vie, l’argent roi, le fanatisme religieux… Sans parler de nos soucis personnels! Je me pose une question…

Et si l’art, la musique, le chant, pouvaient nous sauver? Et si ma contribution à moi pour un monde meilleur était justement de célébrer ce qu’il y a de beau et noble dans l’humain? Raviver l’espoir, réenchanter le monde par l’expression du beau, par la sublimation de ce qu’il y a de grand dans nos sociétés humaines? Le chant devient alors pour moi vecteur d’une mission plus grande, pose un véritable acte de rébellion.

Un des moyens les plus nobles pour défendre la beauté de la vie et réenchanter le monde…


Mon témoignage sur comment je suis rentrée dans les ordres du chant


Quand j’étais petite fille, je chantais tout le temps. Je chantais presque autant que je parlais. Toutes les chansons que j’entendais, je voulais les reproduire. Ça allait de Georges Brassens à l’air de la reine de la nuit dans “La Flûte enchantée” de Mozart. Sans distinctions de styles et sans transitions. D’une manière sauvage et joyeuse. Il fallait que je sente la chanson dans mon corps. Et que je la partage.

Chanter m’était tout aussi nécessaire que manger. La musique était devenue la nourriture de mon âme.

Tant et si bien que mes parents m’inscrivirent dans une chorale d’enfants. Ce fut un univers merveilleux qui s’ouvrait à moi, j’allais chanter avec d’autres enfants et en plus, cela allait me faire découvrir l’adrénaline de mes premiers concerts! Le partage et l’émerveillement dans les yeux du public! Devenir une sublimation de soi en scène. Nous travaillions alors sur un Opéra pour enfant qui s’appelle “L’Opéra de la lune”.

Ma vocation était née...

Suite à cette expérience bouleversante, je demandai à mes parents de m’inscrire à des cours de piano. Car je voulais aller plus loin dans la musique, entrer encore plus en osmose avec elle… Mon rêve de devenir chanteuse se transposa alors en devenir pianiste. Avec le piano, j’entrais dans la connaissance du langage même de la musique. Et je le vivais comme une expérience métaphysique. Tenant bon pour mon rêve! Malgré les bons conseilleurs me disant que ce n’était pas un vrai métier musicien. Que je devrais me montrer raisonnable! Je m’accrochais et j’obtins après mon bac, une licence de Musicologie tout en poursuivant mes cours de piano au conservatoire.


Une révélation au delà de toutes philosophies…


Et puis un jour ma mère m’offrit un billet pour aller voir la “Traviata” de Verdi à l’Opéra. J’eu à ce moment là un choc en entendant ces voix lyriques. Ce fut une révélation au delà de toutes philosophies comme dirait Beethoven. Un moment de pure magie. Comment des voix comme celles ci étaient possibles? Pour moi les sons qu’ils émettaient étaient surnaturels. L’effet n’en a été que plus accentué par le fait de les entendre en live. Ces personnes là étaient des êtres humains et il étaient bien vivants, en chair et en os, devant moi!

Ce choc raviva en moi mon rêve de devenir chanteuse ! Et ma mère me dit alors qu’elle avait entendu qu’une voix, ça se travaillait. Qu’on pouvait apprendre à chanter de l’opéra. Cette information fut déterminante pour oser sauter le pas et commencer à prendre mes premiers cours de chant!

Je croyais alors qu’on naissait avec une voix de chanteur d’Opéra mais je ne pensais pas que la technique s’apprenait!

J’avais alors 19/20 ans. Cela tombait bien car il est mieux de commencer les cours de chant lyrique après la mue de la voix. Et je fus partie pour le concours d’entrée du conservatoire en chant. Je ne cru pas un seul instant être prise car je n’avais alors aucun bagage technique et il y avait déjà des divas confirmées autour de moi. Mais coup de pouce du destin, cette année là, il y avait de la place dans les classes de chant! Et je fus admise.


Hésitations avant de suivre ma voix…


Cependant ce ne fut que quelques années plus tard que je décidais de me consacrer vraiment entièrement au chant. Mes premiers cours de chant lyrique m’ouvraient des perspectives incroyables mais ce n’était pas un terrain connu pour moi. Etant pudique de nature, le travail vocal m’intimidait beaucoup. C’est soi que l’on donne par le chant, il faut se montrer entièrement… La voix étant un instrument que je ne pouvais pas voir, il fallait pour la construire passer par le ressenti physique interne. Se confronter à ses blocages… Et ça, c’était très nouveau et inhabituel pour moi qui avait une autre approche de l’apprentissage musical avec le piano…

Il n’y a rien de plus impudique que de chanter, on ne peut rien cacher et le son ne ment pas…

Puis un jour, affrontant ma peur, je décidai de tenter quand même l’aventure et l’exploration. J’écoutais alors beaucoup de chanteurs lyriques de toutes sortes, connus et moins connus. Je lisais beaucoup de livres sur la technique vocale, des biographies de chanteurs. Je me mis à travailler beaucoup plus régulièrement ma technique et m’aménageais quotidiennement une heure de chant. Mes progrès furent très significatifs.

Mais ce qui fut véritablement déterminant pour moi dans mon choix du chant comme outil d’expression fut ma première expérience de scène en solo!

Je chantais alors deux petits airs de débutants: Un air antique baroque et une mélodie française de Fauré. Pour une audition publique au conservatoire. Après deux ans de cours de chant. Je chantais mes deux petits airs avec tout mon cœur et avec mes tripes.

Et ce que je ressentis sur scène alors fut tellement jouissif et sacré que c’est là que je pris peut être inconsciemment la décision que mon véritable vecteur de musique serait le chant. Et non le piano comme je pensais. Vivre la musique au plus profond de soi, dans chaque cellules de son corps. Et en donnant qui l’on est totalement de manière presque impudique, avec ses forces et ses fragilités. En se livrant, en sublimant par le son toutes ces émotions qui nous traversent ! En entrant en osmose avec le public...

C’était un sentiment enivrant et magique.


Devenir le luthier de sa voix


Devenir le luthier de sa voix…

Le fait de créer entièrement le son, de se faire luthier de sa voix me passionnait beaucoup. Je vécus à partir de ce moment là mes cours de chant comme un parcours initiatique. Me confrontant à mes limites! Chutant et me relevant. Il y eut des hauts et des bas. C’était un combat constant contre moi même et mes limites que je repoussais. Limites aussi bien physiques que mentales! J’ai rencontré beaucoup de problèmes de technique vocale que j’ai ensuite résolu force de détermination et de recherches. J’ai mis longtemps avant de savoir quelle était ma tessiture vocale et j’ai changé plusieurs fois de professeur… Ne trouvant pas celui ou celle qui me correspondait.

J’ai eu certains mauvais professeurs qui m’ont abîmé la voix. Et j’ai du faire de la rééducation vocale allant de phoniatre en orthophoniste avant de trouver un professeur excellent qui me repris en main. Elle prit le soin de soigner nodules, extinctions de voix, mauvais gestes techniques et découragements. Suite aux mauvais traitements de professeurs ignorants ou mal intentionnés… Une belle personne et un professeur exceptionnel, qui officie en dehors des conservatoires, hors sentiers battus du chant. Je lui dois beaucoup.

Cela prouve la grande importance de trouver un professeur qui vous correspond et compétant dans votre apprentissage du chant.

J’ai, de ce fait, beaucoup douté et remis de choses en question pour construire cette fameuse voix d’Opéra! J’ai eu des moments de découragements intenses car le milieu musical n’est pas tendre et que les bons professeurs de chant ne font pas légion même dans des établissements supérieurs comme le conservatoire…

Les critiques musicales peuvent être reçues de manière extrêmement violentes par le chanteur. Et lorsque cela touche la voix d’une personne, on touche intimement à qui elle est. Puisque le son, le timbre et la couleur de voix que l’on a, sont intimement liés à la personne que l’on est. Le son reflète le vécu, l’ identité, la personnalité, les blessures et aussi la beauté d’une personne… Cela demande beaucoup de courage de chanter devant des gens, de s’exposer. Et surtout de risquer d’être critiqué. De prendre le risque que des personnes puissent ne pas aimer votre voix. Il faut accepter de ne pas être aimé de tous.


Le parcours du combattant


J’ai moi même eu des critiques violentes sur ma voix. Cela a été dur à encaisser au début et puis j’ai compris que l’on ne pouvait pas plaire à tout le monde. J’appris également qu’à partir du moment où l’on assume toutes les particularités de sa voix. (Et au delà de l’aspect uniquement vocal, que l’on assume toutes les particularités de qui l’on est) . On est fatalement amenés à s’éloigner des standards et du formatage vocal. Cela ne plait évidemment pas à tout le monde. Je préfère pour ma part chanter avec ma voix, plutôt que de vouloir me plier à des standards de voix stéréotypés. Çà a été une des bonnes leçons que j’ai apprise de mes passages dans les conservatoires. Quitte à être critiquée, autant l’être pour des choix auxquels je crois et qui me ressemblent.


Soyez authentique!


Si j’ai un conseil à donner aux chanteurs c’est de ne pas vous dénaturer pour plaire aux systèmes quels qu’ils soient (maisons de disque, d’opera, conservatoires, …).

On a besoin de votre individualité, de votre unicité, de votre authenticité plus que tout dans cette société de papier glacé et de business! On a besoin de plus d’humanité. Votre voix peut transmettre cela à votre public lorsque vous êtes dans la vérité de qui vous êtes vraiment…


Mon rôle de professeur, accoucheur des voix


Succédant à la reconstruction vocale que j’ai du faire suite au malmenage vocal. Et forte de tous ces enseignements que cette expérience m’a donné, une nouvelle mission est née pour moi. Celle de transmettre tout ce que j’avais appris et de devenir professeur de chant. D’aider les chanteurs en détresse avec leur voix. De transmettre les trésors que j’avais découvert afin, qu’à leur tour, ils puissent répandre la beauté de leur voix dans le monde.

Cela fait maintenant plusieurs années que je suis professeur de chant et cela donne du sens à mon parcours artistique de chanteuse. C’est une expérience qui m’apporte beaucoup de joie, libérer les voix des élèves qui me choisissent comme professeur. Les amener à résoudre les difficultés liées à l’apprentissage du chant. Les accompagner sur leur chemin de chanteur, d’humain et les amener à voler de leurs propres ailes pour défendre leur musique devant un public. Ne plus laisser de chanteurs en détresse, comme j’ai pu l’être, par la faute de professeurs incompétents ou malveillants. Et maintenant se lancer dans l’aventure d’une autre approche de l’enseignement par l’intermédiaire de mon ce blog, l’Antre du Chanteur !


“Sans la musique, la vie serait une erreur”, Nietszche


Aujourd’hui je suis assez fière de mon parcours et surtout chanceuse d’avoir pu le vivre malgré les difficultés! J’ai réussi mon rêve d’acquérir une technique lyrique solide et de construire ma voix d’Opéra. De pouvoir transmettre mon savoir mais aussi de pouvoir m’exprimer en tant qu’artiste sur une scène.

Je suis fière de pouvoir apporter un peu de beauté et de sublime dans ce monde au travers d’un art si noble…



Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à partager et laisser un commentaire ci dessous, j’aurais grand plaisir à vous lire 🙂 !


Cet article participe à un événement inter-blogueurs sur le thème de “La Musique dans notre vie quotidienne” lancé par un blog que j’aime beaucoup “Le petit Dorémi
Ce blog propose des activités musicales très bien construites pour les enfants. Quand je vois l’impact qu’à eu sur ma vie l’écoute et la pratique de la musique étant petite, je ne peux qu’inciter les parents à initier très tôt leurs enfants. N’hésitez pas à aller voir cet article très bien construit sur l’expression des émotions par la musique!


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.