Bien gérer ses registres vocaux: La clef d’une maîtrise vocale au top!

Bien gérer ses registres vocaux: La clef d’une maîtrise vocale au top!

Vous avez l’impression d’être bloqué sur certaines notes dans vos chansons ou dans vos airs? Vous ne savez pas comment aborder votre registre grave ou votre registre aigu? Ou vous avez l’impression d’avoir “plusieurs voix” dans votre voix et de manquer d’homogénéité lorsque vous chantez?

Pas de panique chers rossignols! Je vous livre dans cet article mes secrets pour gérer vos registres vocaux de manière magistrale et ainsi avoir une voix belle et complète sur toute votre tessiture!

Registres vocaux? Mais de quoi s’agit-il?

Pour bien gérer ses registres vocaux il faut tout d’abord bien comprendre ce qu’ils sont et comment ils fonctionnent. On distingue en effet plusieurs registres dans une voix en fonction que l’on chante grave ou aigu. Plusieurs mécanismes pour produire la voix que l’on adapte en fonction de la hauteur des sons voulus.

Les cordes vocales se mettent alors à vibrer d’une certaine façon en fonction du registre. Le larynx s’adapte lui aussi et opère une bascule vers l’avant ou vers l’arrière. Permettant ainsi aux cordes vocales de s’allonger ou de s’épaissir et d’ainsi augmenter leur rapidité de vibration. Plus les cordes vocales vibrent vite, plus cela augmente la fréquence vibratoire et plus les sons sont aigus. Plus elles s’épaississent et se raccourcissent, plus la vibration est lente, et plus les sons produits sont graves.

Les registres vocaux ou l’activation de certains résonateurs spécifiques…

Le mécanisme qui s’enclenche engendre alors des vibrations dans certaines zones spécifiques du corps. Et met ainsi en jeu nos résonateurs. Les sensations vibratoires sont alors ressenties plus ou moins dans la poitrine, la tête, le larynx.

Mais quels sont donc ces fameux registres vocaux et comment fonctionnent-ils? Je distingue pour ma part, 4 registres vocaux ou 4 mécanismes de la voix.

La voix de poitrine

La voix de poitrine correspond au registre grave de la voix. Il s’agit d’un mécanisme dit “lourd” et qui est naturellement puissant, chaleureux et sombre. La voix de poitrine est nommée ainsi pour les vibrations ressenties dans la poitrine lorsqu’on la produit. L’appui en poitrine est alors plus important et la place vocale est ressentie comme basse.

Trop poussée dans l’aigu qui n’est pas son domaine, la voix de poitrine peut devenir “criarde” et surtout occasionner des dommages sur la voix. On ne compte pas le nombre de chanteurs qui ont endommagé leur voix car ils poussaient le mécanisme de poitrine trop haut…


La technique du “Belting”


La technique du “Belting” en chant moderne est la résultante d’une voix de poitrine poussée haut dans l’aigu. Pour avoir une idée de l’utilisation de ce mécanisme bien géré, vous pouvez écouter Whitney Houston qui l’utilisait beaucoup et aussi Christina Aguilera ci-dessous dans “Hurt”.

Mais attention cependant si vous voulez utiliser ce mécanisme! je vous recommande d’être accompagné d’un bon professeur de chant afin de ne pas vous faire mal…

Exemple d’une technique de Belting bien gérée par Christina Aguilera. On a la sensation d’un cri esthétisé qui donne un très bel effet et une puissance incroyable à son chant.

Pour bien comprendre le fonctionnement des mécanismes de la voix, j’apparente souvent le changement des registres vocaux aux changement des vitesses sur une voiture. Si vous gardez votre 1ère vitesse à 130 km/h, il est fort probable que vous cassiez votre moteur ! Mieux vaut alors utiliser la 5e vitesse qui est plus appropriée. Choisissez donc le mécanisme vocal adapté au registre de voix que vous utilisez !

Pour avoir une idée de ce à quoi ressemble la voix de poitrine, écoutez Edith Piaf qui l’utilisait particulièrement beaucoup. Cela donnait d’ailleurs à son chant un ton grave, profond et une puissance qui ont fait sa signature vocale.

La voix de tête

Le mécanisme de la voix de tête est apparenté au registre aigu de la voix. On le nomme ainsi car, lorsque l’on chante avec ce mécanisme, les vibrations ressenties sont plutôt situées dans la tête et dans le masque. La voix de tête est une voix peu puissante et légère qui permet d’aller facilement dans les aigus. C’est un mécanisme plutôt clair, brillant et “éthéré” qui donne un coté fragile et doux à votre chant.

Le problème de la voix de tête pure c’est qu’elle est peu puissante et qu’elle n’est pas adaptée au registre grave. Les graves produits avec ce mécanisme de voix sont alors peu puissants et peu timbrés. C’est une voix qui manque de corps mais qui peut aussi être utilisé pour cette spécificité dans un style voulu ou pour exprimer certaines émotions dans votre chant.

Si vous voulez un exemple de voix de tête utilisée et même revendiquée stylistiquement, écoutez des voix comme celle de Mylène Farmer ou de Vanessa Paradis.

Le registre de voix de tête est souvent plus utilisé par les voix aiguës (sopranos, ténors, contre-ténors).

La voix de fausset ou de sifflet

On utilise les termes de “voix de fausset” ou “voix de sifflet” surtout dans le chant lyrique pour désigner un mécanisme de voix s’apparentant à la voix de tête mais poussé dans l’extrême aigu. Les sons produits ainsi sont flûtés et éthérés.

La “voix de fausset” correspond à une certaine manière de produire la voix de tête chez les hommes. La “voix de sifflet” est l’équivalent chez les femmes.

On utilise ce registre pour produire certaines notes très aiguës que l’on nomme “contre-notes” (les contres-fa de la Reine de la Nuit de Mozart sont un bel exemple de voix de sifflet).

Les contres-notes sont toutes les notes qui sont située au dessus du Do 6 (contre-ut). On utilise aussi ce registre chez les hommes, pour donner un coté doux et fragile au registre aigu. Ce qui peut produire un effet émotionnel fort dans les points culminants dramatiques de vos airs ! (Ecoutez Jonas Kaufmann ci-dessous)

L’air des clochettes dans l’Opéra Lakmé de Léo Delibes, Natalie Dessay utilise la voix de sifflet pour atteindre ses contres notes, écoutez à 5’17 !
Ecoutez la manière dont utilise sa voix Jonas Kaufmann à partir de 2’53 dans l’air de Don José, (Carmen, Bizet), vous aurez un bel exemple de la voix de fausset chez les hommes !

Le secret des aigus stratosphériques de Mariah Carrey réside dans sa maîtrise de la voix de sifflet; écoutez la compilation ci dessous:

La voix mixte

La voix mixte est un mécanisme vocal assez magique puisque cette manière de produire le son permet de chanter dans tous les registres de la voix, de l’extrême grave à l’extrême aigu. Ceci en mixant, en conservant toutes les qualités des registres précédemment décrits. Et surtout, en préservant la voix de tout forçage!

C’est la technique qui est utilisée par les chanteurs d’opéra et qui permet à la voix d’être puissante sans être poussée et d’aller dans les aigus sans que la voix ne devienne d’un coup toute petite.

Le grand avantage de cette technique c’est qu’elle peut vous permettre d’avoir un chant puissant jusque dans les extrêmes aigus en protégeant vos cordes vocales (contrairement au Belting…). Elle vous permet également de chanter vos graves avec la souplesse et la brillance de vos aigus, ce qui augmente la portée de ceux ci dans une salle de concert!


Le mécanisme magique qui relie tous vos registres…


Bref en quelques mots, il s’agit d’un mécanisme magique qui comme son nom l’indique “mixe” tous les registres. Cela permet à votre voix d’être très homogène sur toute votre tessiture et d’unifier vos registres. De ne pas avoir “plusieurs voix” trop différentes les unes des autres en fonction des registres que vous chantez ! Cette technique va vous permettre d’avoir la même qualité de timbre vocal sur toute votre tessiture.

Ci-dessous Anna Netrebko qui survole tous les registres vocaux du grave à l’aigu sans efforts! En gardant la même qualité de timbre sur toute sa tessiture et la même puissance et brillance. Cela vous donne une belle idée de la voix mixte !

Mais l’utilisation de cette technique n’est pas réservée uniquement aux chanteurs d’Opéra ! Je conseille fortement aux chanteurs de musique actuelle de savoir l’utiliser tout en respectant le style de ce qu’ils chantent.

Certains chanteurs de musique moderne l’utilisent peut être sans le savoir de manière totalement adapté à leur style de chant. La voix est alors puissante sur toute la tessiture sans paraître forcée ou poussée comme on peut en avoir l’impression pour le Belting.

L’éternel dilemme des notes de passage…

Les notes de passage sont ces notes “pivots” qui annoncent un changement de registre vocal et un changement de mécanisme. On distingue plusieurs passages dans une voix plus ou moins situés sur certaines notes précises selon votre tessiture vocale. (Voir mon podcast sur les tessitures vocales). J’en distingue 3 principaux: L’un qui sépare le registre grave du registre médium, un autre qui sépare le médium de l’aigu. Et un dernier qui sépare le registre aigu du registre sur-aigu (souvent produit en voix de sifflet).

Lorsque l’on commence à travailler sa voix et que l’on ne sais pas encore bien gérer les mécanismes de la voix, ces notes sont souvent perçues comme inconfortables. Il ne sert à rien d’ignorer ces passages ou de les forcer pour que ça “passe”, cela ne ferait que vous mettre dans un plus grand inconfort. Et risquerait, de plus, de provoquer un changement audible et brutal de mécanisme. Une cassure dans votre voix et un manque d’homogénéité….

C’est pourquoi je vous conseille d’accompagner le changement de registre sans le bloquer et de manière souple. De pratiquer un bon mixage de vos registres et une bonne maîtrise de tous vos mécanismes vocaux !

Le bon mixage des registres: la clef de votre réussite !

Pour unifier tous les mécanismes que vous allez utiliser dans chaque registres de votre voix, il va vous falloir 2 choses: Tout d’abord bien négocier vos notes de passage d’un mécanisme à l’autre. Mais aussi “mixer” vos registres pour ne pas avoir une différence trop importante dans votre qualité de timbre d’un registre de voix à l’autre.

Comment bien négocier ses notes de passage?

Comme je l’expliquais plus haut, les notes de passage sont ces notes pivots sur lesquelles s’opère la bascule d’un mécanisme à l’autre. Bien gérer ces notes là conduit à la bonne utilisation de vos registres de voix mais aussi à l’homogénéisation de votre tessiture vocale.

Pour bien les négocier il y a plusieurs points sur lesquels il vous faut faire attention:


1. Ne pas résister lorsqu’il y a un changement de mécanisme!


Par exemple lorsque l’on bascule de la voix de poitrine à la voix de tête. Ne restez pas bloqué en voix de poitrine! Mais plutôt accompagnez le mouvement de bascule d’un mécanisme à l’autre en continuant à conduire votre ligne vocale.


2. Garder vos appuis, votre soutien lorsque vous changez de registre.


Ne lâchez pas tout ce que vous avez installé dans le registre précédent sous prétexte que vous changez de mécanisme! Continuez à soutenir votre voix et à conserver vos appuis dans le corps. Ne vous laissez pas déstabiliser par ce basculement ! Et soyez d’autant plus vigilant sur ce point à l’abord des notes de passages.


3. Gardez votre voix bien placée dans le masque lors du passage.


(Cliquez ICI pour savoir comment bien placer votre voix dans le masque). Conservez votre place vocale dans les résonateurs quelque soit votre registre!


4. Utilisez la “sirène” ou “port de voix” pour bien conduire votre voix d’un registre à l’autre.


Il s’agit d’un de mes outils les plus efficace pour bien négocier mes passages! La technique de la “sirène” est une précieuse ressource pour assurer le liant entre les registres et obtenir un beau “legato”. Une belle ligne vocale quelque soit le registre. Vous pouvez vous entraîner à faire des sirènes dans vos vocalises pour vous habituer à cet outil technique.


5. Maintenez votre voile du palais très étiré vers le haut


Mettez votre voile du palais en position de bâillement et gardez votre gorge libre et ouverte durant vos passages. Cela vous empêchera de serrer votre gorge et de bloquer votre voix lorsque vous basculez d’un registre à l’autre. Et c’est souvent le réflexe que je perçois chez mes élèves qui débutent. Gardez pour cela votre gorge bien ouverte. Venez chercher vos appuis dans votre diaphragme et votre soutien plutôt que de vous appuyer dans votre gorge ou votre mâchoire…

Qu’est ce que le mixage des registres?

Le mixage des registres est une technique qui vise à obtenir une voix homogène et égale sur toute la tessiture vocale. Sans que l’on entende le changement des mécanismes vocaux. Pour cela la bonne négociation des notes de passage que j’ai décris ci dessus est primordiale.

Mettre du grave dans vos aigus et des aigus dans votre grave !


“L’Apertura e la Copertura”


“L’apertura e la Copertura” (l’ouverture et la couverture en italien) est une technique qui m’a été enseignée lors des masterclass en Italie. Masterclasses que j’ai suivies auprès de maîtres du Bel Canto.

Pour vulgariser la chose il s’agit d’accompagner la bascule de votre larynx en effectuant un mouvement vers l’avant ou vers l’arrière dans votre geste vocal. Bascule vers l’avant lorsque l’on monte vers l’aigu et vers l’arrière lorsque l’on descend vers le grave.


La Couverture


On amène la couverture vocale lorsque l’on bascule du registre grave/medium au registre aigu.

Pour amener la couverture vocale lorsque vous abordez votre aigu, imaginez comme si votre son était une vague qui s’enroulait vers l’avant. Ou comme si vous mettiez “une capuche” à votre son. Aidez vous de l’outil de la sirène (ou port de voix) pour installer la couverture vocale. Et gardez pendant ce passage votre voile du palais bien étiré vers le haut (mécanisme du bâillement).

La sensation est celle de bailler vos aigus.

Cela vous permettra de les amener sans forcer en leur conférant rondeur et puissance. Choses que l’on a pas naturellement dans la voix de tête pure. Vous aurez alors l’impression d’assombrir votre son dans votre haut medium et votre aigu. Et c’est une bonne chose car cela protégera votre voix d’un éventuel forçage lorsque vous chantez vos aigus. Comme un parachute pour votre son 😉 !


L’Ouverture


Concernant l’outil de “l’apertura” ou “ouverture” cela concerne plutôt votre registre medium/grave. Il s’agit du contraire de la couverture puisque vous allez accompagner la bascule vers votre medium/grave. Il s’agit du mécanisme inverse à celui de votre aigu. Pour cela lorsque vous descendez vers votre grave, “ouvrez” votre voix vers la voix de poitrine. Ayez la sensation de plonger dans votre voix de poitrine. Le voile du palais est toujours très étiré vers le haut et vous devez imaginer que vous chantez “dans vos oreilles.”

Pour trouver ce mécanisme d’ouverture, placez votre voix très à l’arrière dans vos molaires du fond, en haut. Je sais, c’est très bizarre comme sensation, mais cela conférera à votre medium et votre grave la brillance qui leurs manque lorsque l’on est en voix de poitrine!

Attention si vous abordez votre registre aigu en “ouverture”, il y a de grandes chances que votre voix soit forcée ou criarde. Ou que vous vous fassiez mal! On voit ça particulièrement dans le Belting.

Et lorsque vous abordez vos graves, ne couvrez pas votre voix! Cela aura pour effet de la voiler et de lui enlever sa brillance et sa puissance.


Donc, pour résumer, lorsque l’on chante aigu, on couvre sa voix et lorsque l’on chante grave, on ouvre sa voix! 😉


Pour conclure…

Bien gérer ses registres de voix est la clef de la maîtrise vocale. Pour ne pas être limité dans les notes que vous pouvez produire. Mais aussi et avant tout dans la qualité et l’homogénéité de votre son sur toute votre tessiture.

Pour cela, deux choses:

Tout d’abord, savoir utiliser et connaitre tous les mécanismes de votre voix (voix de poitrine, voix de tête, voix mixte et voix de fausset/sifflet).

Et deuxièmement, savoir les relier entre eux à travers une bonne gestion des notes de passage et un bon mixage des registres.

N’hésitez pas à tester chez vous les différentes potentialités de votre voix! De faire des expériences avec votre voix en produisant des sons avec les différents mécanismes que j’ai décris dans cet article. Et d’ensuite viser l’homogénéité et l’équilibre de votre voix sur toute votre tessiture.

Vous avez maintenant toutes les clefs en mains pour acquérir une maîtrise au top de vos registres! Je vous encourage vivement à les expérimenter avec votre voix. Et aussi à vous faire accompagner par un bon professeur de chant qui vous guidera dans votre recherche…

Cet article vous a plu? Vous avez des questions ou des remarques concernant la gestion des registres ou votre recherche personnelle? N’hésitez pas à partager et à commenter ci-dessous, je me ferais une joie de vous répondre! 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

One thought on “Bien gérer ses registres vocaux: La clef d’une maîtrise vocale au top!

  1. Merci pour toutes ces exlications et ces extraits. J’ai pu mieux différencier les différentes textures et timbres de voix, cela m’a été très compréhensible.
    De plus j’ai télécharger le guide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.